Les anciennes promotions

Promotion 2020-2021

Promotion 2020-2021

Dircom Cnam © Sandrine Villain

Maïana Houssaye est diplômée de l’Ecole Centrale de Lyon depuis 2018 avec une spécialisation en Biotechnologie et Biomédical. Suite à deux années de travail et d'engagement  associatif sur les enjeux liés au dérèglement climatique, elle souhaite à présent travailler sur les liens entre climat et maladies infectieuses. Un travail à la croisée de nombreuses disciplines et professions sera nécessaire, le mastère spécialisé CNAM-Pasteur lui permettra d'acquérir des connaissances et compétences en Santé Publique afin de répondre au mieux aux enjeux sanitaires à venir, dans un contexte climatique instable.

Jennifer Howard a obtenu sa thèse en immunologie et microbiologie à l'université de Bordeaux en partenariat avec l'European Virtual Institute of Malaria Research (EVIMalR). Elle a ensuite poursuivi sa carrière de chercheuse avec une bourse postdoctorale aux National Institutes of Health aux États-Unis, spécialisée dans le paludisme pendant la grossesse. Au cours de ces années, Jenny a développé un intérêt pour la santé publique et l'épidémiologie. Cela l'a menée au Mastère Spécialisé de Pasteur-CNAM, où elle espère acquérir les compétences et les connaissances nécessaires pour poursuivre sa carrière dans le contrôle des maladies infectieuses.

Yousra Kherabi est interne de maladies infectieuses et tropicales à Paris. Très tôt intéressée par les maladies infectieuses émergentes et réémergentes, elle a effectué, en parallèle de ses premières années de médecine, un Master 1 en microbiologie, virologie, et immunologie de la faculté Paris Descartes. Ayant effectué plusieurs travaux de recherche pendant son internat, notamment sur l’épidémiologie de la tuberculose, elle a souhaité se former en biostatistiques et en recherche clinique, et a choisi la spécialité « risque infectieux » du Mastère. Elle souhaite plus tard être actrice de la lutte contre la tuberculose, notamment multi et ultra-résistante.

Cynthia Tamandjou Tchuem, originaire du Cameroun, a obtenu un doctorat en virologie médicale en 2019 à l'université de Stellenbosch en Afrique du Sud. Son projet de recherche doctorale a examiné la faisabilité d’éliminer la transmission mère-enfant du virus de l'hépatite B, faisant usage des méthodes cliniques, épidémiologiques et d'économie de la santé. Au cours de son doctorat, elle a reçu le prix L'OREAL-UNESCO For Women in Science Award, 2018 et participé à des ateliers sur la santé publique et les maladies infectieuses, notamment le programme intégré de formation sur les maladies infectieuses, la sécurité alimentaire et les politiques publiques (ITRaP) à l'université de Saskatchewan, Canada. Elle a continué avec un post-doctorat à l'Unité/Division de l'économie de la santé de l'Université du Cap, durant lequel elle a obtenu une bourse d’études à l'université d'Oxford. Passionnée par la santé maternelle et infantile ainsi que la santé publique, elle souhaite se spécialiser dans le risque infectieux pour mieux comprendre les maladies infectieuses virales et approfondir ses connaissances en épidémiologie et en biostatistique.

Médecin de formation à l’université de Conakry/Guinée, Abou A. Soumah a suivi un programme de Master en santé publique, spécialité santé publique, société et développement (Aix-Marseille Université/France). Il a travaillé pendant plusieurs années sur des programmes d’évaluation et de développement des systèmes de santé et sur des projets de recherche sur la nutrition, la maladie à virus Ebola (MVE), les pathologies chroniques du foie, le VIH/Sida, la vaccination et l’infection à SARS-COV-2 dans mon pays, la Guinée. Il a également participé au programme de Certificat de spécialisation Global Health du Cnam en 2018 et souhaite intégrer ce Mastère et faire une thèse de doctorat en épidémiologie par la suite.

Carla Tachot est étudiante en sixième année de pharmacie à l’Université de Bordeaux. En parallèle de ses études de pharmacie, elle a effectué un parcours d’initiation à la recherche orienté Santé Publique qui s’est clôturé par un stage au sein de l’Unité de Recherche Epidémiologique et Clinique de l’Institut Bergonié. Ses stages d’externat se sont déroulés, tout d’abord, à l’ISPED au sein de l’Unité Méthodes d'Évaluation en Santé puis dans le Service des Maladies Infectieuses et Tropicales au CHU de Bordeaux. Elle a ensuite été bénévole dans l’équipe de gestion des ressources de la base de l’essai clinique Coverage à Bordeaux (pour le traitement précoce du SARS-CoV-2). Enfin, fortement attirée par la question des maladies tropicales négligées, elle a été en charge de l’analyse statistique de l’étude clinique ESAA (« Morsures de serpent au Cameroun : Évaluation de Sérum Antivenimeux en Afrique ») promue et coordonnée par l’Institut Pasteur. Carla souhaite suivre la spécialité Risque infectieux.

Promotion 2019-2020

Promotion 2019-2020

Tiffany Charmet est diplômée de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse depuis 2014. Après avoir pratiqué la médecine individuelle des carnivores domestiques plusieurs années en tant que vétérinaire praticienne, il lui tient désormais à cœur de participer à la lutte contre les maladies émergentes, vectorielles, zoonotiques et épizootiques à l’échelle des populations. Convaincue de la nécessité d’impliquer tous les acteurs de la santé, qu’elle soit publique, humaine, animale ou environnementale, afin de surveiller, prévenir et contrôler au mieux les phénomènes sanitaires actuels ou à venir, elle souhaite mettre ses compétences en santé animale et en épidémiologie au profit d’agence de santé publique, de recherche et d’épidémiosurveillance. 

Alice Truffault est étudiante en 6ème année de pharmacie à la Faculté de Pharmacie de Châtenay-Malabry à l’Université Paris-Sud. Son implication dans l’association PhaSol (Pharmaciens Solidaires) lui a permis de partir en mission humanitaire au Pérou pendant un mois dans les bidonvilles afin d’y dispenser des formations de santé. Intéressée par le domaine de la Santé Publique et celui de l’évaluation des risques sanitaires pendant ses études, elle a effectué un stage à BruitParif sur l’évaluation des risques liés au bruit chez les collégiens et les lycéens. Ce stage fut une révélation pour elle, mais elle prit conscience de son manque de maîtrise des statistiques et de l’épidémiologie. Ce Mastère spécialisé lui permettra de renforcer ses connaissances en Santé publique, mais aussi de d’acquérir des connaissances solides en statistiques."

Mohamed Hamidouche, est titulaire d'un diplôme d’ingénieur d’état en Génie-biologie de l’Université de Boumerdès en Algérie en 2011, et depuis il travaille autant qu’attaché d’études niveau 2 en Production et Développement des Vaccines à l’Institut Pasteur d‘Algérie, par la suite, il a obtenu un Master en Biologie des Populations et des Organismes, et un Diplôme Universitaire en Vaccinology décerné par l’Institut Pasteur de Paris et l’Université de Paris 7 Diderot. Master va lui permettre aussi d'avoir une expérience professionnelle probante par le stage pratique à l'issue de la spécialisation et le conforter dans mon objectif de devenir chercheur dans ce domaine et m’ouvrir des nouvelles opportunités dans son parcours professionnel.

Louise Lefrançois a obtenu sa thèse en microbiologie à l’université François Rabelais de Tours, en partenariat avec l’institut national de la recherche agronomique (INRA). Par la suite, elle a continué sa carrière de chercheuse avec un premier post doctorat à l'institut de recherche du centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) à Montréal suivi d’un second à l’université de Genève (UniGe). Ses 8 ans de recherche académique lui ont permis de développer une expertise dans le domaine des interactions hôte-pathogène, avec pour modèle d’étude la Tuberculose. Désirant travailler en plus étroite collaboration avec les populations, Louise a intégré le Mastère Spécialisé Pasteur-Cnam, afin d’acquérir les connaissances nécessaires pour aborder les nombreux enjeux de Santé publique ainsi que la gestion des risques infectieux. Ceci dans le but de travailler avec une organisation non gouvernementale, à l’élaboration de projets concrets visant à l’amélioration de la santé des populations dans les pays en développement."

Mounia Eygue est Docteur vétérinaire originaire du Maroc. Elle est également titulaire d’un Master 2 international en sciences et santé basé sur le concept « One Health ». Vu l’intérêt qu’elle porte pour les maladies zoonotiques émergentes et ré-émergentes et les crises sanitaires qui peuvent en découler, elle a décidé de poursuivre des études en santé publique. Grâce à la formation assurée par les enseignants de ce Master, elle souhaite acquérir de nouvelles connaissances et compétences nécessaires pour pouvoir travailler dans une agence de gestion de la sécurité sanitaire

Eve Rahbé est ingénieure en sciences de la vie, diplômée de l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne). Elle a effectué deux stages en laboratoires de recherche académique, l’un en microbiologie à l’EPFL sur la bactérie Vibrio cholerae et l’autre en métagénomique et bio-informatique à la Harvard Medical School sur l’évolution de la résistance aux antibiotiques chez les populations bactériennes. Ces expériences l’ont mené à s’intéresser à l’épidémiologie. Elle est particulièrement intéressée par le domaine de la modélisation mathématique des épidémies, mais aussi par leur facette politique (surveillance et gestion), aspects multiples de la santé publique proposés par le Mastère Spécialisé.

Eline Hassan a obtenu une Licence en Biologie à Créteil puis un Master de Santé Publique avec une spécialisation en Épidémiologie et Gestion de Risques à Lyon. Elle a effectué plusieurs stages dont un sur la surveillance des bactéries multirésistantes au CPIAS Île-de-France et un stage sur le délai de survenu d’une grippe à l’hôpital chez des patients hospitalisés au Laboratoire des Pathogènes Émergents. Elle a choisi le Mastère Spécialisé Pasteur-CNAM pour se spécialiser dans le risque infectieux afin de travailler sur les maladies zoonotiques.

Meziane Haddadi titulaire d'un master en biologie chimique , de l'université de Tohoku à Sendai au Japon, pendant lequel j'ai travaillé sur le développement de conjugués antibiotiques dirigés contre les bactéries persistantes intracellulaires.
En plus d'une aventure culturelle extraordinaire, cette expérience m'a permis de témoigner des limites rencontrées dans le processus de développement de nouveaux traitements antibactériens face à l'émergence et la dissémination des souches résistantes ainsi que la grande menace qu'elles représentent. Je souhaite me spécialiser en risque infectieux afin d'en apprendre plus sur la problématique des maladies infectieuses et de l'antibiorésistance au niveau populationnel et devenir un acteur de la santé publique pour pouvoir rejoindre la lutte contre les maladies infectieuses.

Florian Verrier est interne en médecine spécialisé en Santé Publique et Médecine Sociale, en 3e année à Paris. Intéressé par la thématique des maladies infectieuses, son internat lui a notamment permis de travailler sur la co-infection HPV/VIH en Asie, de surveiller l’épidémie de dengue à La Réunion et d’explorer les domaines de la vaccination et de l’antibiorésistance. Le Mastère Spécialisé de Santé Publique de l’école Pasteur/Cnam lui permettra d’approfondir ses connaissances en épidémiologie des maladies infectieuses. Domaine dans lequel il souhaiterait travailler par la suite.

Simon Galmiche est interne de médecine interne dans la région Île-de-France. Il est titulaire d’un Master 1 en santé publique à l’Université Paris Sud. Après quatre ans d’internat à l’hôpital public en pratique clinique, il souhaite élargir son champ de compétences en santé publique, notamment en épidémiologie et recherche clinique, avec un intérêt particulier pour le domaine des maladies infectieuses, dans l’optique de poursuivre dans la recherche en épidémiologie.

Carmen Pardo de Santayana Pharmacienne diplômée à l'Université Complutense de Madrid, avec une première expérience dans le domaine réglementaire á l'industrie pharmaceutique. Active dans le monde associatif, elle s'intéresse par la Santé Publique dès l'abordage de l’épidémiologie, l’offre de soins et la gestion des politiques de santé. Elle intègre le mastère spécialisé pour acquérir des connaissances et compétences á fin de s'investir dans l'amélioration des systèmes de santé.

Promotion 2018-2019

Promotion MS09 2018-2019

Camille Estevenin est diplômée de l’IEP de Strasbourg et titulaire d’un Master de Droit des produits de santé et Politiques de santé de l’Université de Droit et de Pharmacie de Strasbourg. Après plusieurs expériences en France, au Mexique et au Vietnam, au sein de bureaux d’études spécialisés dans le conseil et l'assistance technique au secteur de la santé et de l'agriculture dans les pays à bas et moyen revenus, elle souhaite se spécialiser dans la gestion intégrée des risques sanitaires dans les pays du sud. Le mastère spécialisé lui permettra de développer une aptitude au travail en interdisciplinarité pour la résolution des problèmes complexes que représentent les risques sanitaires situés à l’interface entre l’homme, l’animal et l’environnement. Elle s’intéresse tout particulièrement aux maladies zoonotiques, y compris les différentes classes considérées sous les vocables de maladies émergentes, réémergences et négligées.

Alan Patlán est un médecin qui a effectué ses études de médecine à l'Université de Guanajuato au Mexique. Il a suivi plusieurs cours en santé publique et en chirurgie globale. Au cours de son service social il a participé en tant que professeur de santé publique à l'Université de Guanajuato, et parmi ses activités de recherche, il a collaboré avec des professeurs de l'Institut National de Santé Publique du Mexique et de l'IHME. En intégrant le Mastère Spécialisé, Alan souhaite approfondir ses connaissances et développer ses compétences en santé publique avec l'objectif de participer à l’innovation et la mise en œuvre des politiques de santé qui améliorent les systèmes de santé et contribuent à la couverture sanitaire universelle.

Emma Oliosi est interne en médecine interne à Paris et a pour projet de s’inscrire au DESC de pathologies infectieuses et tropicales à la rentrée 2019. Elle est titulaire d’un master 1 en microbiologie, virologie et immunologie de la Faculté Paris Descartes. Elle a choisi le Mastère Spécialisé de Santé Publique pour développer ses compétences en santé publique et en recherche clinique. En intégrant la spécialité Risque infectieux du mastère, Emma souhaite approfondir ses connaissances en maladies tropicales et vectorielles, en les abordant sous l’angle de l’épidémiologie. Elle souhaite travailler plus tard comme infectiologue en se spécialisant dans la santé des migrants et la médecine des voyages.

Delphine Berthod, médecin, s’est spécialisée en médecine interne et maladies infectieuses en Suisse. Ayant vécu plusieurs années de son enfance au Mali, elle a toujours eu à cœur de retourner contribuer à aider les populations les plus démunies, comme lors de stages et mission humanitaire en Afrique et Asie. Elle s’intéresse en général aux interactions entre les agents infectieux, l’humain et l’environnement dans différents contextes, du service hospitalier occidental au camp de réfugiés, et à la réponse de l’humain face à ces situations. Dans le futur elle aimerait collaborer avec des pays de l’Est ou du Sud, dans la lutte contre les épidémies mais aussi contre l’antibiorésistance.

Hanifa Bouziri est titulaire du Master anglophone AIV/AIRE (Approches Interdisciplinaire du Vivant) du CRI. Convaincue de la nécessité d’aborder les problématiques de Santé Publique de façon holistique, elle a complété sa formation par différents stages : étude de l’impact du climat sur la saisonnalité des infections invasives à pneumocoques en France (B2Phi, INSERM), étude des mutations responsables de la résistance aux antibiotiques chez Mycobacterium tuberculosis (Hôpital Cochin), mise en place d’un modèle statistique capable de prendre en compte simultanément les facteurs génétiques et environnementaux impliqués dans les prédispositions du cancer du sein (Institut Curie-Ecole des Mines) et étude de la résistances à l’infection médiée par le microbiote chez les poissons zèbres (Institut Pasteur). Le mastère spécialisé de Santé Publique lui permettra de renforcer sa compréhension des grands enjeux de santé et de sécurité sanitaire dans le monde, pour par la suite, pouvoir travailler dans la gestion des risques infectieux et la surveillance des maladies humaines et animales au sein des populations.

Maylis Layan est diplômée de l'École Normale Supérieure Paris-Saclay et du Magistère Européen de Génétique de l'Université Paris Diderot.  Maylis a effectué plusieurs stages en recherche fondamentale sur l'implication du microbiote intestinal sur la santé humaine. Elle a développé un intérêt tout particulier pour les biostatistiques et la modélisation du microbiote au cours de ses expériences de recherche.  Maylis rejoint le Mastère Spécialisé de l'École Pasteur/Cnam dans l'optique d'élargir ses connaissances et de relier l'étude du microbiote intestinal aux problématiques actuelles de santé publique.

Julie Prudhomme est titulaire d’un doctorat en génétique moléculaire et a travaillé comme chercheuse postdoctorale au pôle de virologie de l’Institut Pasteur de Dakar, où elle a participé à la fois aux activités de recherche et de santé publique touchant aux zoonoses virales, et plus particulièrement aux virus Ebola et Zika. Elle a ensuite pris part à des projets de recherche clinique portant sur le virus Epstein-Barr, au sein du service de microbiologie de l’hôpital Saint Louis. Julie souhaite, grâce au mastère de l’école Pasteur Cnam, renforcer ses connaissances en santé publique et en épidémiologie afin de s’investir pleinement, pour la suite de sa vie professionnelle, dans la gestion du risque infectieux.

Fanny Velardo est interne de Santé Publique en fin de 1ère année à Bordeaux. Titulaire du master 1 de Santé Publique de l’ISPED, elle a choisi cette spécialité dans le but de s’orienter vers l’épidémiologie de terrain et la médecine humanitaire. Elle a effectué un stage de 6 mois au Centre de Prévention des Infections associées aux soins ou elle a géré les signaux des établissements. Elle a également effectué un stage de 6 mois en Prévention et Promotion de la Santé à l’ARS. Son choix d’effectuer le mastère spécialisé de l’école CNAM - Institut Pasteur s’est fait afin d’acquérir les connaissances nécessaires pour pouvoir travailler dans une ONG ou une instance humanitaire internationale, sur des thématiques touchant la prévention des maladies infectieuses et non infectieuses.

Romain Gueneau est interne en médecine interne avec une spécialisation en maladies infectieuses et tropicales. Etant intéressé par les pathologies tropicales il a notamment effectué un stage dans le service de dermatologie infectieuses à Cayenne. Il a décidé de faire ce mastère afin d’acquérir les outils et connaissances nécessaires à la recherche épidémiologique. Plus tard il souhaiterait pouvoir poursuivre sa pratique clinique en infectiologie tout en participant à des projets de recherche épidémiologique en France et dans des pays en développement.

Claire Leblanc vient de terminer son internat de Pédiatrie à Paris, et est actuellement en train de se spécialiser en Maladies Infectieuses Tropicales Pédiatriques après avoir validé un DIU de Médecine Tropicale à Paris VI et un DIU de pathologie infectieuse pédiatrique. Elle est également membre de la société savante du Groupe de Pathologie Tropicale pédiatrique (Gp Trop) et fait des consultations de Mineurs Isolés Etrangers. Elle porte un intérêt particulier aux maladies négligées et la santé publique. Ce Mastère spécialisé lui permettra d'approfondir ses connaissances en infectiologie et épidémiologie dans la perspective de travailler ultérieurement avec les hôpitaux de Robert Debré et Jean Verdier en pédiatrie.

Manon Benjdir est étudiante en 6ème année de pharmacie à l’université de Caen. Après avoir effectué différents stages en recherche clinique et en vigilance, elle s’intéresse à l’épidémiologie et à l’organisation de l’offre de soins. Elle intègre le mastère pour s’orienter vers une carrière au sein des agences sanitaires.

Alexandre Descamps est interne en Santé publique et médecine sociale à Paris. Son internat lui a permis de s'investir dans le domaine de la veille et de l'alerte sanitaire et de s'initier aux spécificités de l'épidémiologie des maladies infectieuses et de l'analyse de risque. Il souhaite désormais développer des compétences dans le domaine de la vaccinologie et en particulier de la surveillance épidémiologique des maladies à prévention vaccinale.

Lucie Adélaïde est étudiante en 6ème année de pharmacie à la Faculté de Pharmacie de Châtenay-Malabry à l’Université Paris-Sud. Intéressée par le domaine de la Santé Publique et celui des maladies tropicales, elle a complété sa formation par un Master 1 de Santé Publique en parallèle de sa 4ème année de pharmacie. Elle a également effectué un stage au sein de l’Institut Pasteur de Guyane dans le Centre National de Recherche sur le Paludisme suivi d’un stage de recherche en Epidémiologie au sein de Danone Nutricia Research. Ce Mastère spécialisé lui mettra d’acquérir des connaissances solides dans les 2 domaines qui lui tiennent particulièrement à cœur : la santé publique et les maladies infectieuses.

Médecin de formation, Dimbintsoa Rakotomalala Robinson a réalisé un stage de 9 mois au sein de l’Unité Épidémiologie de l’Institut Pasteur de Madagascar dans le cadre de sa thèse de médecine. Il est aussi titulaire d’un Master en Médecine Tropicale et Santé Internationale (IFMT, Vientiane-Laos). Après ce diplôme, il a travaillé avec l’Institut de Recherche pour le Développement et la Faculté de Pharmacie de Vientiane au Laos sur plusieurs projets de recherche (Les barrières et facilitateurs de l'accès à la vaccination et les interventions contre le paludisme dans les régions frontalières du Mékong au Laos, et les relations migration/infections VIH au Laos). En intégrant le cursus Mastère spécialisé de Santé Publique, il souhaite approfondir ses connaissances en maladies infectieuses et tropicales tout particulièrement sous l’angle de la santé publique. Après cette formation, il souhaiterait travailler dans des ONG basées dans des pays tropicaux en développement ayant comme objectif principal de réduire la morbi-mortalité liée aux maladies infectieuses négligées.

Stéphanie Antoniol est médecin, spécialisée en médecine d’urgence. Elle exerce au sein du Service d’Accueil et d’Urgence de l’Hôpital Bichat-Claude Bernard en tant que Chef de Clinique. Forte d’une expérience de management de gestion du flux de patients, impliquée dans l’enseignement, Stéphanie a également été confrontée à de nombreuses situations de crises inhérentes à un hôpital référent NRBC. L’objectif de ce master est pour elle de contribuer aux activités de recherche du service et de promouvoir la prévention des maladies infectieuses.

Maheninasy Rakotondrainipiana est médecin. Après ces études, elle a intégré l’Unité d’Epidémiologie et de Recherche Clinique au sein de l’Institut Pasteur de Madagascar. Elle a participé à la coordination clinique de trois projets de recherche: un essai clinique sur la malnutrition aigüe modérée chez les enfants de 6 mois à 2 ans (2016), une étude sur la physiopathologie du syndrome d’entéropathie environnementale pédiatrique chez les enfants de 2 ans à 5 ans (2017/2018) et une étude sur la prévalence de l’infection tuberculeuse chez les enfants de moins de 12 ans (2018). Elle vient de valider cette année un DU en Méthodes et pratique en épidémiologie de l’ISPED (Université de Bordeaux). Passionnée d’épidémiologie et de recherche clinique, Mahenina aimerait axer ses activités vers la recherche clinique après le mastère spécialisé et souhaiterait enchaîner sa formation par un doctorat.  

Tatiana Ticona a orienté sa formation et son parcours professionnelle au domaine de la solidarité internationale. Passionnée du secteur de la santé, elle a travaillé pendant plusieurs années dans l’administration et la coordination de projets de santé pour l’ONG Médecins Sans Frontières. Avec une licence orientée au développement international et un master en politiques publiques, elle souhaite renforcer ses capacités professionnelles avec le Mastère spécialisé de santé publique de l’Ecole Pasteur-Cnam pour ainsi contribuer davantage au secteur de la santé.